« Les hommes ne lisent pas de romances » de Nico Bally

Il est l’heure aujourd’hui de vous emmener faire une nouvelle découverte. Celle-ci m’a été permise par Simplement.pro et l’auteur lui-même que je remercie.

Nico Bally est un amoureux de l’écriture. Il a depuis toujours voulu partager toutes ses histoires hors du commun qu’il imaginait. Il choisit alors de se lancer dans l’écriture et publie « Remède à la bonne humeur » en 2009 puis « L’oeil clos » en 2010 chez Malpertuis Editions.
Il décide ensuite de venir vers le genre Jeunesse qu’il affectionne particulièrement (il remercie son imagination pour ça). Il publie ainsi « Lucie Corvus contre Mister Poiscaille » en juillet 2014, puis « Taupe » et son univers proche à la « Jules Verne » en décembre 2016, « Le Baron Miaou » en janvier 2017, « Pipirate » en avril 2017.
Il est récemment revenu vers une histoire qui lui trotte dans la tête depuis un moment et publie ainsi en juin 2017 son roman feelGood « Les hommes ne lisent pas de romances » qui sera l’objet de cette chronique et dont voici le résumé :

Roméo Galli rêve de devenir journaliste criminel. Mais le seul job qu’il parvient à décrocher est la nécrologie de Lady Myrtille, une célèbre romancière qui a écrit une centaine de romances. Trop macho pour avoir déjà ouvert un livre à l’eau de rose, Roméo va devoir s’y plonger sérieusement, surtout qu’il sent que cette mort prétendument naturelle pourrait bien être un meurtre…

Aidé par la charmante petite-nièce de la romancière, hébergé par son père qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, coincé entre une éditrice sulfureuse, un vieux grincheux, des jumelles pâtissières et toute la population farfelue du village le plus paumé du monde, Roméo va devoir gérer une enquête tortueuse, une histoire d’amour maladroite et… un lapin et un chat caractériels.

Entre comédie feel-good, romance légère et enquête littéraire, « Les hommes ne lisent pas de romance » rend hommage aux livres les plus méprisés et les plus lus de l’histoire de la Littérature : les romans à l’eau de rose.

Vous pourrez en apprendre plus sur l’auteur dans une interview qu’il a gentiment accepté de faire et qui paraitra très très bientôt sur le blog.

Mon avis

Nico Bally est un auteur qui n’a plus à faire sa réputation. Vous vous doutez donc que lorsqu’il a publié un nouveau roman, j’ai tout de suite eu envie de le lire. Son titre m’a tout de suite intrigué.

Nous retrouvons donc Roméo Galli, journaliste dont le rêve est de se spécialiser dans les chroniques criminelles qui, à ce moment de sa vie, est fauché et se voit contraint de revenir dans ville natale vivre chez son père qui lui a d’ailleurs trouvé un travail de journaliste. Roméo Galli devra écrire la chronique funéraire de Lady Myrtille, la grande dame de Croquignol-les-pins, celle qui a écrit de nombreux romans à l’eau de rose.

Dans sa quête de vérité pour son article, Roméo Galli rencontrera Nora, l’éditrice de Lady Myrtille, une belle femme assez snob mais qui a le don de faire retourner les hommes sur son passage. Il se verra aussi aider par Meg, la petite nièce de Lady Myrtille et l’une de ces anciennes camarades de classe. Meg, anciennement surnommé Meg La touffe, n’a jamais quitter Croquignol et participe activement à la vie du village en jouant les taxis. Meg a aussi beaucoup changé, allant jusqu’à ne pas laisser Roméo indifférent.

Au fur et à mesure, que Roméo lit les livres de Lady Myrtile, au fur et à mesure qu’il questionne les habitants de Croquignol, la mort de Lady Myrtille lui parait de plus en plus suspecte. Ce qui devait n’être qu’une chronique funéraire va vite se transformer en enquête pour le moins hors du commun.

Loin de son univers du roman jeunesse, Nico Bally signe un revirement avec « Les hommes ne lisent pas de romance » qui est encore un roman à classer dans les réussites.

La plume de Nico Bally est toujours aussi agréable à lire. Il garde son originalité en alliant cette fois-ci la romance, le policier et l’humour. Ce cocktail détonnant est saupoudré d’un rythme parfait qui s’accélère de chapitre en chapitre pour nous offrir un bon dénouement.

Le mot de la fin

Nico Bally garde son statut d’auteur à lire absolument. J’ai été captivé dès le début par « Les hommes ne lisent pas de romances » et je le recommande absolument pour ceux qui ont déjà lu des romans de l’auteur et pour tous ceux qui aiment les romances (surtout celle qui sortent un peu des romances fleur bleue).

Foncez donc découvrir ce roman que vous trouverez en format papier et numérique ICI.

Publicités

Une réflexion sur “« Les hommes ne lisent pas de romances » de Nico Bally

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s