Chroniques litteraires

Rencontre avec Marjorie Levasseur

Je vous présentais la semaine dernière l’un de mes coups de cœur « une parenthèse dans ta vie » (chronique ici) et j’ai le plaisir aujourd’hui de vous emmener à la rencontre de son auteur Marjorie Levasseur avec qui j’ai toujours agréablement échangé.

Tout d’abord bonjour Marjorie Levasseur et merci beaucoup de m’accorder le privilège de cette interview pour mon blog.

2017-01-23 16.15.20

Qui êtes-vous vraiment Marjorie Levasseur ?

Je suis Madame Tout Le Monde, en fait. La voisine du dessus, l’inconnue croisée dans la rue ou les transports en commun. Une femme de 40 ans (bientôt 41), avec un mari super et trois beaux enfants, qui vit dans sa petite maison au cœur de la Nièvre.

Apres des recherches j’ai lu que l’écriture s’était présentée à vous un peu comme une évidence au vu de vos nombreuses lectures. Qu’est ce que l’écriture représente pour vous ?

Merci d’avoir visité mon blog ^^. La réponse est dans la question : c’était une évidence. Je suis une grande amatrice de lecture effectivement, je dévore littéralement. En lisant, je me suis rendu compte que les sources d’inspiration étaient inépuisables. J’ai toujours quelque chose qui me trotte de la tête, un truc qui fait tilt et je me dis : « tiens, ça ferait une bonne histoire ».

En plus, je suis quelqu’un de nature assez réservée dans la vie, l’écriture m’aide beaucoup à exprimer des choses que je n’oserais peut-être pas formuler verbalement. Et puis ma tête est trop pleine d’histoires, il faut que ça sorte !

Quand trouvez-vous le temps d’écrire avec votre travail d’aide-soignante ?

Alors, quand j’ai commencé « Une parenthèse dans ta vie… », en mars 2016, je travaillais effectivement comme aide-soignante, à plein temps, en service de soins à domicile, de 7h à 12h et de 17h à 19h30, j’écrivais donc quelques après-midis par semaine. Pour « Il n’y a pas d’ombre sans lumière », j’avais plus de temps, ayant demandé à passer à temps partiel en juin.

Dans mon cœur, je suis toujours aide-soignante, mais je ne peux malheureusement plus exercer cette profession que j’adore, à cause de soucis articulaires. Je suis un peu en stand-by au niveau professionnel en ce moment, j’ai donc, depuis quelques mois, davantage de temps pour écrire.

Avez-vous un rituel d’écriture ?

Assise sur mon lit, l’ordinateur portable sur les genoux, soit dans un silence quasi religieux, soit avec le casque sur les oreilles avec de la bonne musique. Matin ou après-midi.

Pourquoi écrire des romances ?

Un peu d’amour dans ce monde de brutes, ça ne fait pas de mal ! Ça doit être mon côté fleur bleue…

Je sors un peu de la romance dans mon prochain livre, « Ces oiseaux qu’on met en cage ». Même s’il y a quelques notes romanesques, la couleur du roman est surtout dramatique.

Pourquoi vous être dirigée vers l’autoédition ?

Ce n’était pas mon premier choix. J’ai envoyé le manuscrit d’ «Une parenthèse dans ta vie… » à quelques maisons d’édition. Certaines m’ont répondu, d’autres non.

J’en ai eu un peu assez d’attendre, je voulais avoir un retour de lecteurs, de non professionnels qui liraient et apprécieraient, ou pas, mon histoire. L’autoédition m’a paru être la meilleure solution, même si les débuts ont été bien loin d’être faciles, pour se faire connaître notamment.

Qu’est-ce qui vous tient à coeur dans la vie ?

Que mes proches soient heureux et en bonne santé, faire de petits riens des moments inoubliables !

Que lisez-vous en ce moment ?

Question difficile. Je dévore tellement que le livre que je citerai aujourd’hui ne sera plus d’actualité demain. Mais là, à l’instant T, je lis « Comme un printemps sur mon trajet » de Lucie Renard, une auteure auto-éditée talentueuse. Je ne le dirai jamais assez, l’autoédition regorge de pépites !

Votre prochain roman « Ces oiseaux qu’on met en cage » sort dans moins d’un mois, avez-vous déjà en tête vos prochains projets d’écriture ? Pouvez-vous les partager avec nous ?

Oui, je travaille sur un spin-off de mes deux premiers romans. On retrouvera Clémence et Frédélian mais l’histoire se focalisera surtout sur d’autres personnages : deux que l’on connaît déjà et deux autres avec lesquels les lecteurs pourront faire connaissance… !

J’ai d’autres idées, mais ne les ai pas encore exploitées.

Dans mes chroniques j’ai toujours le mot de la fin, aujourd’hui il est à vous :

Je te remercie beaucoup, toi et tous(toutes) les passionné(e)s de lecture qui permettez à des auteurs autoédités comme moi de faire connaître leurs écrits, toujours avec sincérité et enthousiasme. Merci de m’avoir proposé cette interview et au plaisir de lire ta chronique de mon tome deux !!

« Une parenthèse dans ta vie… » disponible en papier et numérique ici

« Il n’y a pas d’ombre sans lumière » disponible en papier et numérique ici

Publicités

5 thoughts on “Rencontre avec Marjorie Levasseur”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s