Chroniques litteraires

Rencontre avec A.J Debove

Nous continuons aujourd’hui notre rendez-vous Interview hebdomadaire en partant à la rencontre de A.J Debove, l’auteur du roman « Forget me not« .

Qui est AJ Debove l’auteur ?

Une femme de 26 ans, amoureuse et survoltée.

Ce qui vous a poussé à écrire ?

Un souffle indescriptible… Je crois que j’ai toujours eu ce souhait en moi ; il ne me restait qu’à savoir si j’en étais capable ou non. L’envie d’écrire est née avec la passion du livre, comme d’autres ont voulu devenir musiciens en écoutant David Bowie ou les Stones. J’ai lu, beaucoup… J.K Rowling, Fatou Diome, Barjavel ; puis en grandissant, Steinbeck, Boyden, J.K Rowling encore… En réalité, c’est un peu grâce à cette grande dame que tout a commencé : mes amies de lycée étant de grandes adeptes de la fan-fiction, je m’y suis brièvement essayée. Pour autant, cet exercice me mettait mal à l’aise : j’avais l’impression d’utiliser des personnages qui ne m’appartenaient pas… Je n’ai rien contre le principe, et ne critique aucunement ceux qui apprécient, mais en ce qui me concerne, je ne me trouvais aucune légitimité. Ça a agi comme un déclic : si je voulais créer des destins, je n’avais qu’à envisager mes propres personnages. Ce qui m’a pris des années avant d’y arriver, certes.

Ce que l’écriture représente pour vous ?

Une nécessité. Je crois qu’il n’y a pas meilleure définition de ce que l’acte d’écrire  représente, que celle de Rilke dans Lettre à un jeune poète : « Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s’il pousse ses racines au plus profond de votre cœur. Confessez-vous à vous-même : mourriez- vous s’il vous était défendu d’écrire ? » Bon, certes le terme « mourir » est un peu fort en ce qui me concerne. Toutefois, au lieu de me demander « pourrais-je écrire ? » je m’interroge : « Pourrais-je ne pas écrire ? » Et la réponse est non. 😉

Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Pour mon premier roman, c’était tout le temps. J’ai cessé mon activité d’auto-entrepreneur pour m’y consacrer entièrement. Pour le deuxième, sur lequel je suis actuellement, c’est plutôt la nuit que je m’y atèle.

Avez-vous un rituel d’écriture ?

Je coupe internet, je mets la musique et je fais du café, beaucoup de café… Quand l’inspiration s’essouffle, je sors courir. Je reviens booster avec des idées plein la tête.

Pourquoi écrire une histoire familiale ?

Probablement parce que la « famille », dans sa définition la plus élargie, me fascine. Elle est ce qui nous influence le plus au début de notre vie, que l’on se construise en accord ou en opposition avec ses principes de base.

 C’est un vrai microcosme, une famille. On y apprend à être aimé, à aimer, à vivre ensemble, et de ce fait, à composer avec les différences des autres. Les frères et sœurs sont les premiers individus que l’on apprend à connaître, à aimer et à détester. Ce lien indéfectible qui lie les être entre eux, qu’importent les différences et les erreurs de parcours, m’impressionne totalement. J’ai voulu mettre en scène une fratrie, composée de personnalités différentes, des caractères forts, d’autres plus doux… Comme dans chaque famille, en fait. Puis, c’était important pour moi de mettre en valeur ce qui rapproche les individus, dans une période où l’on aime chercher des clivages un peu partout, un peu tout le temps. J’ai eu le déclic en voyant deux chroniqueurs s’écharper sur un sujet politique, il y avait un tel mépris dans leurs voix. Je me suis dit : «  Ces deux-là véhiculent la haine de celui qui ne pense pas comment eux ». Bon, ils ne sont pas les seuls, certes. Mais aussi bien entre amis qu’en famille on côtoie des gens qui pensent différemment, qui ne sont pas d’accord… On s’accommode de ces différences dix fois mieux qu’on voudrait nous laisser croire. Je trouve qu’il n’y a rien de plus triste qu’une famille qui se déchire pour des broutilles… La vie est courte et, bien souvent, quand on le remarque il est déjà trop tard.

51DY8rBQ6tL._SY346_

Où trouvez-vous l’inspiration ?

À la montagne ! Je n’ai qu’à marcher en silence, la vue dégagée sur les cimes et toutes les idées arrivent. Je ne retiens pas toujours tout, ce qui m’amène à penser que je devrais investir dans un dictaphone. 😉

Pourquoi avoir choisi l’auto-édition ?

Un peu par défaut, beaucoup par hasard… Je n’avais pas envie de tenter les maisons d’édition à compte d’éditeur par manque de confiance dans mon texte. J’en ai sélectionné deux, qui me semblaient les plus en accord avec mon roman. L’auto-edition ne me tentait  pas particulièrement non plus. Ce sont quelques amis, propriétaires de liseuses, qui ont insisté. Et ils ont bien fait, car aujourd’hui d’autres me tannent pour que je sorte la version broché… Et je suis à deux doigts de céder.  C’est dur de se lancer, mais ça en vaut la peine.

Que lisez-vous en ce moment ?

Jane Eyre de Charlotte Brontë, cadeau de ma cousine. Elle entre en première L et on a décidé de se lancer dans une lecture conjointe. Je l’ai commencé hier, et pour l’instant : je me régale.

Quel a été votre dernier coup de coeur ?

Les raisins de la colère, de Steinbeck. Je l’ai lu en janvier dernier. Une révélation. Il fait partie de ces romans qui imposent une rupture, un avant et un après, dans une vie de lecteur.

Pouvez-vous partager avec nous vos prochains projets d’écriture ?

Je suis actuellement sur roman 2, un croisement entre le roman choral et le nature-writing. On y retrouve brièvement quelques personnages de Forget-me-not. Côté géographie, on reste dans les Alpes, mais on prend de l’altitude. Le style, quant à lui, s’annonce quelque peu différent. J’espère avoir terminé le premier jet pour l’automne.

Dans mes chroniques, j’ai toujours le mot de la fin et aujourd’hui il est à vous :

J’ai aimé répondre à tes questions, ce fut à la fois instructif et enrichissant. À très vite j’espère😘😊.

Vous pouvez retrouver le roman de A.J Debove « Forget me not » ici.

Publicités

1 thought on “Rencontre avec A.J Debove”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s